Vous êtes ici

Suicide Squad : la review vénère

suicide_squad_review_epeek

Il n’est jamais facile de critiquer un blockbuster de l’été. Surtout quand celui-ci est basé sur une franchise que beaucoup de gens attendaient. On espère vraiment aimer ce film, s’éclater devant le grand écran. Et pourtant, les déceptions ne sont jamais très loin. Aujourd’hui, nous allons donc parler de Suicide Squad.

J’avais vraiment envie d’aimer ce film

Deux raisons ont fait que j’attendais ce film avec une grande impatience. La première, c’était le super trailer, monté sur le rythme de Bohemian Raphsody de Queen, qui m’avait « hypé » comme jamais. Le film s’annonçait irrévérencieux au possible, fun, délirant, et avec une esthétique toute nouvelle au sein de la franchise DC.

Ensuite, j’attendais énormément de la première adaptation au cinéma de Harley Quinn. Comme beaucoup, ce personnage me fascine, surtout son coté très sombre, et sa relation destructrice avec le Joker. Au point que, pour préparer mon visionnage du film, je me suis avant tout concentrée sur sa genèse à elle, et les comics qui lui sont dédiés (pas forcément avec beaucoup de plaisir, mais ce n’est pas le lieu pour en parler).

Les mauvaises critiques américaines auraient dû me mettre la puce à l’oreille. Mais j’ai tout fait pour aller voir ce film en espérant seulement m’amuser.

De ce coté là, le contrat est rempli. J’ai passé deux heures sans m’ennuyer un seul instant, en me laissant porter par le rythme, la B.O. et les blagues.

Ce n’est qu’en ressortant de la salle, en laissant le film repasser dans ma tête plan par plan, que je me suis rendue compte de tout ce qui clochait.

Une mauvais compréhension des personnages et de leurs histoires

Le plus gros problème de Suicide Squad selon moi, c’est sa façon d’aborder chaque personnage auquel il tente de donner vie à l’écran.

La mise en avant est très inégale. Le plus gros de la scène est réservé à Deadshot (Will Smith) et Harley Quinn (Margot Robbie). Les autres peinent à respirer dans le peu de scénario qui leur est dédié.

L’exemple le plus frappant est celui de Katana (Karen Fukuhara). C’est un personnage très peu connu, mais avec un passé et une identité hyper cool, en tout cas dans les comics.

Dans le film, le personnage pourrait être résumé en exactement trois mots : japonaise, combat à l’épée, japonaise. Et c’est tout ! Elle arrive vers le milieu du film, donne deux-trois coups de sabre, et a droit à moins de dix lignes de dialogues ! Bref, complètement ratée et oubliable, alors que j’attendais vraiment beaucoup d’elle.

Mais ce n’est pas le pire. Si vous êtes écoeurés par ce qu’ils font aux personnages de second plan, attendez de voir ce qu’ils font aux principaux !

Comme je le disais, la majorité du synopsis gravite autour de Deadshot et de Harley. Ce sont les deux personnages les plus « approfondis », et qui laissent une marque sur l’esprit des spectateurs. Et bien, même eux, ils sont ratés !

Deadshot passe du tueur en série implacable, au bon père de famille qui ferait tout pour sa fille chérie. Will Smith a largement modelé le personnage à sa sauce, ce qui a laissé les vrais fans du sniper avec un goût particulèrement amère dans la bouche (sauce, goût amer … jeu de mots).

suicide_squad_review_epeek

Quant à Harley Quinn, elle me plaisait bien pendant les 30 premières secondes du film. Ensuite, on découvre sa relation avec le Joker. Et là, c’est le drame. Les scénaristes n’ont absolument RIEN compris du lien qui unis Harley et le Joker.

Dans le film, ils sont dépeints comme des amoureux transis, qui feraient n’importe quoi l’un pour l’autre. Pire, le Joker se soucie du sort de Harley.

C’est complètement faux ! Lisez un comics, et vous verrez que le Joker n’en a rien à faire de ce qui peu arriver à Harley. Il l’utilise, c’est un objet pour elle. Harley le sait, mais ça ne l’empêche pas de l’aimer à en mourir (oui, je n’utilise pas ce terme au hasard, il a déjà essayé de la tuer … plusieurs fois).

Et ne me lancez pas sur le sujet de la présence à l’écran de ce fameux Joker. Après tous ces teasings, toutes ces rumeurs sur le comportement de Jared Leto sur le plateau, on se serait vraiment attendu à autre chose. Mais si ça peut vous rassurer, apparement les apparitions de Joker à l’écran ont été réduites de façon drastique. L’acteur lui-même a été surpris par ce nouveau montage, et fait connaitre son mécontentement via les réseaux sociaux depuis quelques jours.

Enfin bref, ça ne sert à rien que je m’étende davantage, les personnages sont malheureusement mal compris et mal interprétés, point final.

Suicide Squad est le divertissement de l’été, mais sans aller plus loin

suicide_squad_review_epeek

Cette mauvaise compréhension des personnages est un gros défaut, surtout pour les fans du comics. Mais, pour les non initiés, et ceux qui ne recherchent qu’un bon divertissement, Suicide Squad rempli selon moi son boulot comme il se doit.

J’ai quand même trouvé des qualités au film : son esthétique punk, très graphique par moment, et qui glisse de belles références aux comics de-ci de-là ; sa bande originale, mêlant rap et rock sans transition, et ça passe crème ; son rythme, qui a quelques défauts, mais qui ne nous empêche pas de nous laisser porter.

Donc, pour résumer, Suicide Squad est un film à conseiller à ceux qui recherche un bon divertissement pour cet été, et qui n’ont pas trop d’exigences. Pour les autres, il faudra attendre un peu pour le prochain film de super héros qui vaille la peine.

The following two tabs change content below.

Sparks

Je suis la spécialiste Cinéma et BD d'Epeek. J'espère vous faire découvrir un tout nouvel univers avec mes articles :).

Derniers articles parSparks (voir tous)

Laisser un commentaire

Top